Prévention des accidents

  Morsures de la main   icone adobe
 
logo infos patients

Généralités
Les morsures sont extrêmement fréquentes et peuvent engendrer des douleurs importantes et d’autres problèmes, particulièrement en cas d’infection. La reconnaissance précoce des signes d’alerte et le traitement approprié débuté rapidement sont la clé pour éviter les séquelles des morsures. En cas de morsure animale, les bactéries présentes dans la salive et la bouche vont contaminer la plaie. Ces bactéries vont pouvoir proliférer et causer une infection. Les conséquences peuvent aller d’une gêne locale jusqu’à des risques vitaux pour le patient.
L’infection est favorisée par de nombreux facteurs, comme le type et la localisation de la plaie, des conditions de santé pré-existantes chez le patient qui diminuent les capacités de défense de l’organisme, comme le diabète, une infection par le VIH, etc., le délai de mise en route du traitement, la présence d’un corps étranger dans la plaie, et l’animal responsable de la morsure.



Morsures animales
Les études* sont rares en France. Les chiens sont le plus fréquemment responsables de morsures (90 %), puis les chats, les rongeurs, les animaux de ferme, les animaux sauvages et les reptiles.
On estime à plus de 500 000 le nombre de personnes mordues chaque année en France, dont 60 000 nécessiteraient une hospitalisation. Les morsures semblent plus graves et plus fréquentes lorsque la victime connaît le chien mordeur, et surviennent chez l’adulte surtout en cherchant à séparer des chiens qui se battent. Les enfants sont les premiers exposés, avec une incidence annuelle de 30 à 50 cas de morsures pour 100 000 enfants de 0 à 15 ans. Chez les enfants les plus jeunes, les morsures sont plus fréquentes, plus graves, et se situent au niveau du visage et du cou, alors que les plaies se situent plutôt au niveau des membres (mains et pieds) chez l’adulte. Enfin, l’administration est également concernée, notamment les facteurs, qui seraient 3 à 4 à être mordus quoti-diennement en France.
L’infection survient plus fréquemment en cas de morsure de chat en raison de leurs dents fines et pointues. La peau vient recouvrir la plaie au dessus de la morsure, empêchant le drainage de la plaie et permettant à l’infection profonde de se développer.
La rage est une infection rare mais qui peut être mortelle. Elle est surtout transmise par les animaux sauvages, les chauves-souris, les renards, ou les chiens errants. Une consultation auprès d’un centre Anti-Rabique est alors recommandée, en cas de doute. Par ailleurs, la Loi impose de déclarer auprès de la mairie tout fait de morsure d’une personne par un chien (Arrêté du 21 avril 1997 relatif à la mise sous surveillance des animaux mordeurs ou griffeurs visés à l'article 232-1 du Code rural. Loi n°2008-582 du 20 juin 2008 portant modification du Code rural.)

Morsures humaines
Les plaies par morsures humaines contiennent une concentration élevée de bactéries, avec un risque infectieux majeur. Ces infections peuvent progresser rapidement et se compliquer. Un traitement précoce est recommandé. Le plus souvent, la plaie survient lors d’un coup de poing dans la bouche d’une autre personne, les dents provoquant la plaie et sa contamination, parfois jusqu’à l’articulation qui se situe sous la plaie. L’infection de l’articulation peut rapidement condamner sa fonction, par destruction du cartilage. Un traitement chirurgical en urgence, avec parage, débridement, prélèvements bactériologiques et lavage articulaire, suivi d’un traitement antibiotique adapté permet de guérir de l’infection et de limiter les séquelles fonctionnelles.


Symptômes après morsure animale
Les signes qui doivent faire consulter rapidement dans les suites de la morsure sont nombreux. Si il existe un gonflement, une rougeur, une chaleur autour de la plaie, avec une douleur qui dure plus de 24 heures, un écoulement de pus, des traînées rouges qui remontent le long de l’avant-bras et du bras, une inflammation des ganglions au coude ou à l’aisselle, une perte de mobilité, une perte de sensibilité dans la main ou le bout des doigts, de la fièvre, une sensation de malaise, des sueurs nocturnes, une consultation rapide auprès de votre médecin ou dans un centre spécialisé en urgence est conseillée pour débuter le plus rapidement possible un traitement efficace.




Traitement des morsures animales

L’examen de la plaie est effectué par le médecin, à la recherche de facteurs aggravants, l’histoire de la morsure, le type d’animal, son statut vaccinal, le lieu et l’heure de l’accident sont relevés. Les traitements pris avant l’hospitalisation sont également notés.

Un bilan radiologique est effectué à la recherche d’une fracture ou d’un éventuel corps étranger. Une infection après une morsure négligée peut également se traduire par une infection de l’os ou de l’articulation ( une ostéomyélite ou une ostéo-arthrite ).

La plaie est soigneusement nettoyée, avec des antiseptiques efficaces. Les tissus contus sont excisés, et tous les débris et corps étrangers sont retirés. Les signes de lymphangite sont recherchés, comme la présence d’une traînée rougeâtre le long de l’avant-bras. Les aires ganglionnaires sont palpées à la recherche d’une inflammation. Des prélèvements bactériologiques sont effectués, soit par une prise de sang, soit directement dans la plaie, en cas d’écoulement. L’analyse permet d’identifier les bactéries responsables de l’infection, et de guider le choix des antibiotiques les plus efficaces.

L’usage des antibiotiques dans ce type de plaie est guidé par les circonstances de l’accident, l’état de santé du patient et ses antécédents éventuels, et l’aspect de la plaie. Certaines morsures vont nécessiter l’emploi d’antibiotiques intra-veineux, alors que d’autres peuvent être traitées par des médicaments per-os. En cas de fracture sous la plaie, le traitement antibiotique est systématique. L’infection d’une gaine des tendons fléchisseurs ou d’une articulation va rendre indispensable une intervention chirurgicale, le plus tôt possible.

Un suivi est également indispensable, pour s’assurer que l’infection est guérie, qu’il n’y aura pas de récidive, et pour donner à la main la meilleure fonction possible.



Votre chirurgien de la main est à votre disposition pour vous conseiller et choisir avec vous le traitement le plus approprié à votre cas.

*Lien vers l’étude de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) sur les morsures de chien : http://www.invs.sante.fr/publications/2011/morsures_chiens/index.html



  Pathologies médicales
  Appareillage, Rééducation
  Prévention des accidents